La case départ

Publié le par pense-bete.over-blog.fr

 

Alea jacta est. Jetés violemment sur un plateau de jeu pour l’instant désert, sans autre adversaire que notre propre exigence. Ne surtout pas se fier au hasard et à la chance pour avancer : ce couple infernal en a égaré plus d’un dans l’obscure antichambre de la réussite, abusés par cette espoir illusoire, lumière filtrant par l'entrebaillement de cette porte qui ne s’ouvrira jamais que pour se refermer violemment sur de vaines prétentions.

http://www.123opticalillusions.com/pages/dice_illusion.jpg

C’est pourtant le lot commun de ce genre de divertissement que de permettre aux hommes d’agir en dieux, le temps d’une manche, d’un tour, d’un écoulement de sablier… mais pas d’un billet d’humeur. En anti-dieux, contentons-nous de notre paire d’yeux ; mettons-la à contribution pour livrer à quelques lecteurs curieux un pan de notre subjectivité – cette même subjectivité qui, non accouchée dans la maternité des mots, avorte ordinairement en un cynisme et un désabusement stériles.

Dans le maelström informe et étourdissant de l’information brute, universelle et continue, nous nous proposons de livrer au cyber-inconnu quelques instantanés attrapés au vol avec la plus chimérique exhaustivité, développés grâce à la plus exacte déraison et commentés selon la plus stricte partialité.

Notre pion est lancé dans une course folle  et sans but, comme une comète sans plan de vol. Pas de nom, pas de mécène, pas de raccourcis. Seulement une opportunité d’exploiter à notre tour le formidable cyber-égalitarisme de l’émission d’informations. De prouver, ou de ne rien prouver. D’intéresser, ou d’ennuyer. D’avoir essayé, au moins.

Le pandiculateur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article