La parole de l'ivrogne

Publié le par Pense-bête(s)

alcool-ivrogne.jpgAvec grand bruit, il s’affale sur la table comme un pantin désarticulé délaissé par son marionnettiste parti boire un coup. Le mariage de son front moite et du bois collant et humide de la table lui fait ouvrir les yeux, et il se met à débiter une litanie décousue à laquelle personne ne prête attention, si ce n’est pour la tourner en dérision ou en sarcasme.

Au fil des verres, de la griserie montante et irrésistible, l’esprit de l’ivrogne s’est progressivement détendu. Il a ouvert le cachot des impressions refoulées, des jugements interdits, des sentences inconvenantes et du politiquement incorrect. Au fil de ses descentes en enfer, le regard de ses amis s’est progressivement modifié. 

Cet article n'est plus disponible ici. Vous pouvez néanmoins le retrouver dans son intégralité sur la nouvelle version de Pense-bête(s) : blog-pense-bete.blogspot.com/2011/10/ferme-ta-gueule-de-bois.html.

Publié dans Société

Commenter cet article