Le Seigneur des Aînés - La saga des retraites (introduction)

Publié le par Pense-bête(s)

seigneur des ainés

 

« Être vieux, c’est être jeune depuis un peu plus longtemps que les autres » Le Chat, de Philippe Geluck

Personne ne m’objectera que commencer une réflexion sur un sujet aussi pesant que les retraites par un brin de légèreté ne fait pas de mal. Revenons maintenant à nos pensions.

Les médias regorgeant d’analyses en tous genres traitant tant de l’aspect politicien du problème (positionnement du gouvernement, de l’opposition, des syndicats, appels à la grève, rapports de force, etc…) que dédites « alternatives » s’offrant à nous au moment d’engager une réforme « indispensable » (curseurs de l’âge, pénibilité, privé-public, etc…), je ne m’engagerais pas dans des réflexions stériles que vous pourrez retrouver au rayon presse par packs de douze avec 20% offert en tickets Leclerc sur présentation de votre carte Pense-bête(s). 

J’aimerais au contraire, à l’occasion de ce dossier en trois parties, m’attarder sur d’autres dimensions du débat, qui m’apparaissent revêtir un plus grand intérêt : 

Les jeunes qui n'aimaient pas les (en)vieux

La confusion qui s’est emparée d’une jeunesse qui manifeste sans s’en rendre compte au nom de l’égalité tout en agissant en réalité contre le fondement-même du pacte social français : la solidarité du système par répartition.

Cliquez ici pour accéder à l'article.

La fille qui rêvait d'un baume anti-ride et d'une retraite dorée

Le paradoxe d’une civilisation de la jeunesse qui érige la Retraite comme horizon suprême et indépassable d’une vie où le travail est devenu corvée.

Cliquez ici pour accéder à l'article.

Le politicien dans le palais des courants d'air

Le débat autour de la réforme des retraites, en tant que révélateur de l’asphyxie bipolaire et immobiliste d’un système politico-médiatique manichéen qui érige en valeur suprême la confrontation, n’est qu’une joute médiévale entre des chevaliers bornés.

Cliquez ici pour accéder à l'article.


 

 

Cliquez ci-dessous pour accéder au premier volet de la saga :

Les jeunes qui n'aimaient pas les (en)vieux

Publié dans Politique

Commenter cet article